Association Lydie a partagé la publication de Roberto Ravera.

Enfants du xxi siècle, à lire avec traduction (même approximative)

Je ne veux pas donner l'impression de représenter l'enfer sur terre. La Sierra Leone a beaucoup de qualités et il y a tant de bonnes gens. Le problème est très complexe et je ne peux pas le traiter dans ces pages ; il s'agit d'un contexte anthropologique où de nombreux aspects qui sont typiques de nombreux autres pays africains et non - ici subissent une explosion pour un certain nombre de raisons particulières. Mais le problème fondamental, la raison pour laquelle je suis et nous sommes ici, c'est qu'une grande partie de ce mal, comme une métastase dévastatrice, s'acharne sur l'enfance. C'est pour cela que nous avons ouvert un certain d'accueil, de soins et de rééducation adressé aux enfants de moins de 12 ans. C'est pour cette raison que nous essayons de créer - pour comment c'est possible, mais avec un grand engagement - un service moderne de soin pour les enfants. Ici il s'agit de reconstruire "chirurgicalement" les tissus psychologiques et émotionnels qui ont été gravement touchés. Le but de ces reportages est de dénoncer ce triste phénomène, qui trouve sa pointe de l'iceberg dans les cas que nous voyons tous les jours, mais que dans la réalité voit l'état de négligence frapper un énorme pourcentage d'enfants dans ce pays. Ces enfants qui ne vont pas à l'école, qui travaillent en bas âge, qui passent toute la journée (et souvent la nuit) à la merci d'eux-mêmes, pères et mères totalement absents et évitant, adultes pour rien affectifs et, surtout, des institutions qui n'existent pas . Nous essayons de faire exactement cela : un centre de santé d'accueil et de soin et service social de pour suivre dans le temps les enfants. Si j'écris ces choses, c'est précisément parce que je ne sais pas à qui dire, car, en général, ici tout le système social est indifférent. En tant que directeur de ce centre je me pose sans cesse la nécessité de le maintenir, de ne pas devoir renoncer à accueillir un enfant, comme cela arrive parfois, malheureusement... partager avec vous que vous avez la patience de me lire c'est la seule chose que nous pouvons faire pour donner une voix À qui de voix n'en a pas. Il y a quelques jours une petite fille a été maintes fois violée par deux adultes. Ça durait depuis longtemps dans le silence général de la tante qui l'oblige à aller dans la rue à vendre des petites choses et sgridandola si ne portait pas de l'argent à la maison. J'ai parlé longuement avec le bébé aujourd'hui et je vous assure que ce n'est pas facile d'avoir à regarder ce genre de choses. Le problème encore plus terrible, c'est que c'est difficile pour ceux qui ne vit pas ici, de comprendre dans quel état de nombreux enfants vivent ; mais surtout comprendre combien il n'y ait une culture et une attention à leurs besoins. C'est une sorte de montagne qui ne finis jamais d'escalader et les douleurs que vous voyez sont incommensurables et inépuisables. On comprend par ce pourquoi puis deviennent adultes durs et insensibles. Qui n'a pas eu de coeur pour être écouté et aimé il n'en aura pour écouter et aimer les autres. En effet ici les familles composées de père et mère sont assez rares. En général les parents sont, outre que indifférents, souvent en liberté ou absentes. Nous avons accueilli une autre fille, un peu plus grand, battue, elle aussi, de la tante qui prenait pour vendre dans la rue et la battait s'il n'était pas revenu avec de l'argent. Après les photos que vous voyez dans quel état on l'a trouvée. Ici pour l'argent, on ferait n'importe quoi. Peu importe...
Je termine avec deux autres photos symboliques : le dessin de la petite fille des "Messieurs" qui l'ont violée et ses mains avec mes... évidemment non public son visage, mais ces mains sont les mains et ils sont le symbole de son innocence . Pour une fois, les mains de l'adulte, sont là pour la protéger...

Notre Mission

L’Association Lydie a pour but de venir en aide aux jeunes filles défavorisées (abandonnées, orphelines, parents handicapés…) d’Afrique de l’Ouest qui n’ont pas les moyens financiers de poursuivre leurs études scolaires.
Elle prend en charge la totalité des frais comme les inscriptions, les vêtements, le transport, la cantine, les frais médicaux d’urgence, depuis la maternelle jusqu’aux études supérieures. L’Association Lydie assure également un soutien moral et un accompagnement des filles dans leur parcours scolaire.

Coordonnées

Association Lydie    123 avenue du Clos   59230 SAINT-AMAND-LES-EAUX    FRANCE
Tél : +33 (0)6 89 08 98 55     +33 (0)3 27 48 60 52     Mail : contact@lydie.org     Facebook : association lydie
Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Sous-Préfecture de Valenciennes le 26/01/2008
Identification WALDEC : W596002788  – N° de SIRET : 820 115 103 00013